Lire la suite

Louer pour la première fois SOS colocation
Article suivant

© iStock

La colloc’ séduit de plus en plus les jeunes bruxellois

Publié le 25-07-2016

Louer pour la première fois SOS colocation

En raison de la hausse des prix de l'immobilier et des loyers, les jeunes vivent aujourd'hui plus souvent en colloc’ qu'il y a une quinzaine d'années. C'est d'ailleurs la principale raison à la diminution du nombre de ménages célibataires à Bruxelles, par rapport à la Région flamande et wallonne.

Une étude de l'Institut bruxellois de statistique et d'analyse (IBSA) révèle une baisse significative du nombre de ménages célibataires à Bruxelles. La principale explication de cette recrudescence réside dans les prix élevés de l'immobilier et des loyers, qui poussent de plus en plus les jeunes adultes âgés entre 18 et 34 ans à se trouver une colloc’. Il n'est donc pas question d'une diminution du nombre d'habitants, mais bien d'une augmentation des ménages à Bruxelles.

Articles sur le même sujet

Contrairement à la situation bruxelloise, le nombre de ménages célibataires dans le reste du pays ne cesse de croître. À Bruxelles, un ménage compte 3,14 personnes contre 2,33 en Flandre et 2,29 en Wallonnie. Toutefois, plus de la moitié des ménages bruxellois sont composés de célibataires, un phénomène typiquement urbain.

Notre capitale rajeunit

Autre élément qui ressort de l'étude de l'IBSA: le rajeunissement de la ville de Bruxelles. Notre capitale compte sensiblement moins de personnes âgées de plus de 65 ans que le reste du pays. Dans les régions flamande et wallonne, le vieillissement est en hausse. Voilà qui correspond et explique pourquoi le nombre de ménages célibataires est plus élevé dans ces deux régions qu’à Bruxelles.